Blog de la section socialiste de Clamart
Blog de la section socialiste de Clamart



M. Pemezec, maire du Plessis-Robinson, condamné pour prise illégale d’intérêts

Posté le par 0 commentaire

art pemezec médiapart 22 04 2015

 

 

Le Journal Médiapart, à l’origine des nombreuses révélations sur le maire du Plessis-Robinson, Philippe Pemezec, revient aujourd’hui sur sa condamnation à 6 mois d’emprisonnement avec sursis, 20 000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité par le tribunal correctionnel de Nanterre le 10 avril dernier, pour prise illégale d’intérêts.

 

Il lui est reproché d’être intervenu dans la procédure d’attribution d’un logement social au bénéfice de sa fille, au centre-ville du Plessis Robinson, en qualité de maire et membre de la commission d’attribution des logements de l’OPHLM des Hauts-de-Seine.

 

Le tribunal a constaté que :

 

–       Selon la fiche informatique, le dossier de demande de logement avait 2 jours d’ancienneté ;

 

–       Monsieur Pemezec avait délivré quelques jours seulement avant la réunion de la commission une attestation de domiciliation à sa fille, chez lui ;

 

–       Que le dossier de demande de logement avait été géré et présenté par les services municipaux de la mairie du Plessis robinson, placés sous l’autorité du maire, le père de la jeune fille,

 

–       Qu’il avait lui-même assisté à la commission d’attribution de ce logement à sa fille, comme le démontrait sa signature sur la feuille de présence.

 

En outre, les juges ont considéré, mais à titre surabondant, que le jeune couple, jusqu’alors étudiant, allait très prochainement percevoir des revenus rendant impossible l’accession au logement social, alors même que dans le même temps, ils parvenaient à financer 3 000 euros de travaux d’installer dans leur nouveau logement HLM, démontrant par là leur capacité à emménager dans un logement du parc privé.

 

Monsieur Pemezec a interjeté appel de ce jugement, prétendant qu’il revient à interdire le logement des familles d’élus dans le parc social.

 

Pourtant, tel n’est d’évidence pas le sens de la décision du tribunal correctionnel de Nanterre. Il est reproché à Monsieur Pemezec d’être intervenu, voire d’avoir favorisé lors de cette commission, en sa qualité d’élu, maire et conseiller général des Hauts-de seine, membre de la commission d’attribution de ces logements sociaux, un appartement de l’OPDHLM92.

 

Il ne s’agit donc nullement de nier le droit à la fille de Monsieur Pemezec d’accéder à un logement social, si elle en remplit réellement les conditions (ancienneté, revenus, .. ) mais de sanctionner l’attitude d’un élu local qui utilise les pouvoirs tirés de ses mandats politiques pour intervenir et favoriser un membre de sa famille, donc d’en tirer un intérêt, se détournant ainsi de l’intérêt général qu’il est censé poursuivre et privant les citoyens de toute confiance légitime qu’ils doivent éprouver pour leurs représentants.

 

 

 

On apprend enfin que M. Pemezec fait actuellement l’objet d’une information judiciaire, ouverte contre X par le parquet de Nanterre, pour « détournement de fonds publics, complicité et recel », à raison des contrats de recrutement de Philippe Pemezec auprès de la ministre du logement, Christine Boutin, sur demande exprès de M. Guéant, à 5 400 euros mensuels (150 000 euros au total) pour rendre de rares rapports, particulièrement indigents, voire des copiés collées de discours de …. la ministre elle-même ou d’un site internet. La justice soupçonne le maire d’avoir bénéficié d’un emploi fictif au ministère destiné à compenser la perte de ses indemnités de député, à la suite de l’annulation de son élection à l’assemblée nationale en novembre 2007 et de sa condamnation, déjà, à 1 an d’inéligibilité, par le conseil constitutionnel. Le successeur de Madame Boutin, Monsieur Apparu, avait mis brutalement fin au contrat de Monsieur Pemezec, compte tenu, selon les articles du Canard enchaîné, des risques élevés de poursuites judiciaires.

 

Aujourd’hui, nous sommes particulièrement surpris d’apprendre que Monsieur Pemezec continue de sièger à la commission d’attribution des logements de l’OPHLM, en qualité de personnalité qualifiée désormais, puisqu’il n’est plus conseiller général (départemental), alors même qu’il vient d’être condamné pour des faits commis au sein de même commission ! et que dans le même temps, tous les élus de gauche en ont été retirés.

 

Décidemment, les écuries d’Augias  n’ont pas été nettoyées.

Delphine KRUST

Soyez le premier à commenter cet article  >